La participation

Qu'est-ce que le principe de participation ?

Dans l’enseignement social chrétien, peut-être même encore davantage chez les protestants que chez les catholiques, la Participation est une conséquence directe de la Subsidiarité.

Cela signifie que ce principe, qui consiste à ce que chacun « apporte sa pierre » dans tous les domaines de la vie sociale, est profondément ancré dans les principes qui guident l’enseignement des églises, sur la reconnaissance de la Dignité et de la Liberté qui donnent la capacité d’agir à tout homme.

Il s’agit même d’un devoir pour tout homme, considéré comme un citoyen, de « contribuer à la vie culturelle, économique, sociale et politique de la communauté civile à laquelle il appartient » (Compendium § 189).

L’acception du principe de participation est large, elle ne doit pas être délimitée ou restreinte a priori, car la participation est essentielle à la croissance humaine. Elle doit s’exercer particulièrement dans le monde du travail et les activités économiques, l’information et la culture, et dans la vie sociale et politique jusqu’au niveau international.

L’homme, créé à l’image de Dieu, participe par son travail à l’oeuvre du Créateur

« Dans les paroles de la Révélation divine, on trouve très profondément inscrite cette vérité fondamentale que l’homme, créé à l’image de Dieu, participe par son travail à l’œuvre du Créateur, et continue en un certain sens, à la mesure de ses possibilités, à la développer et à la compléter. »4

La conscience de participer par son action à l’œuvre de la création est une motivation profonde. « La conscience que le travail humain est une participation à l’œuvre de Dieu doit (…) imprégner même les activités les plus quotidiennes. Car ces hommes et ces femmes qui, tout en gagnant leur vie et celle de leur famille, mènent leurs activités de manière à bien servir la société, sont fondés à voir dans leur travail un prolongement de l’œuvre du Créateur, un service de leurs frères, un apport personnel à la réalisation du plan providentiel dans l’histoire».5 Ainsi « Le message chrétien ne détourne pas les hommes de la construction du monde et ne les incite pas à se désintéresser du sort de leurs semblables: il leur en fait au contraire un devoir plus pressant».6

Le principe de participation en entreprise, c'est...

permettre à tous les collaborateurs de participer en apportant leurs idées, leur savoir-faire, leurs charismes personnels, leur manière de prendre les problèmes.

Ainsi est-il bon d’accueillir les jeunes en les encourageant à exprimer leur point de vue, souvent différent, ou d’embaucher des personnes plus créatives qui apporteront leur richesse à l’entreprise. C’est aussi l’idée que nous avons développée pour nous ouvrir à l’accueil de réfugiés dans nos entreprises. Se laisser bousculer, donner les moyens de s’exprimer à chacun (écoute, formation, temps disponible…) et laisser les « jeunes pousses » se développer peuvent fournir des occasions de renouvellement des biens et services offerts et des modes de production ou de commercialisation. 

  

  

Bien sûr, il s’agit toujours d’un risque, mais il est nécessaire pour faire grandir les autres en leur confiant des responsabilités. C’est au pied du mur qu’on voit le maçon, dit-on. Si l’on ne donne jamais l’occasion d’innover à nos collaborateurs, comment saurons-nous de quoi ils sont capables et quels sont leurs besoins pour aller plus loin ? On comprend à la lecture de ces exemples pourquoi ce principe de Participation a été retenu pour nommer l’actionnariat salarié institué en 1959 et rendu obligatoire dans les entreprises de plus de 100 personnes en 1967 par le Général De Gaulle, qui voulait tout à la fois instaurer « la participation directe du personnel au résultat, au capital et aux responsabilités  ».

Zoom sur la participation des personnes les plus fragiles au projet de l'entreprise

La Participation des personnes les plus fragiles doit faire l’objet d’une attention particulière.Les associations caritatives leur donnent désormais une large place dans l’expression de leurs besoins et de leurs solutions, ce que faisaient déjà les associations évangéliques en Angleterre au XIXème siècle. Par exemple l’initiative « Territoires Zéro Chômeurs » d’ATD-Quart Monde part de l’expression des talents et des désirs des chômeurs eux-mêmes pour créer ou adapter les emplois qu’ils sont susceptibles de remplir avec la plus grande motivation et l’utilisation de toutes leurs capacités, et ce au bénéfice de toute la collectivité, sans coût supplémentaire.

Chacun, quelle que soit sa place dans l’entreprise et dans la société, se sent appelé à Participer, car rien n’est pire que de se sentir inutile et chacun aspire à donner de son temps et de son énergie pour les autres, pour le Bien commun, et à se donner soi-même d’une certaine façon. « Qui veut garder sa vie la perdra, qui la donne avec Moi la trouvera », nous dit le Christ.

Voir les thèmes de réunions proposés aux équipes
Repères chrétiens

 

Pourquoi développer une culture de la coopération ?
Le travail humain : définition et éléments de philosophie
L'entreprise, haut lieu de participation
Donner une place à chacun et faire participer les plus faibles
L'échelle de la participation de Sherry Arnstein
Eclairages spirituels

 

La participation comme adhésion à un projet : l’Alliance (Ex 19-24)
Faire corps, c'est mettre en commun charismes et talents
Le principe de participation pour ne former qu'un seul corps
Paroles de dirigeants

 

Article Ecodair rse et bien commun
Participation dans l'entreprise : témoignage de l'équipe d'Aix-en-Provence
Pour aller plus loin